Quand Gap Autrement se retrouve, tous les représentants de la Gauche répondent présents. L’invitation a été lancée par Marie-José Allemand, tête de liste, élue à la mairie de Gap aux côtés de Michel Billaud. Cela constitue un bon présage pour le futur. Une surprise est annoncée à la fin de la réunion, mais chut !

Sont réunies dans la salle quarante personnes, dans le respect des gestes barrière. Michel Billaud, joue le rôle de Monsieur Loyal et lance les débats.  Il pose une question cruciale : « Le poids de plus en plus grand de l’abstention est-il une manifestation de la crise et pourquoi ? ». Il cite Lénine, son professeur Lucien Sfez et sa théorie de l’enfer et du paradis. Enfer ou paradis, majorité ou opposition, telle est la question.

Autour de la table, pour le Parti Communiste, Sophie Delphino, co-secrétaire de la fédé du 05 : « Nous sommes pour un rassemblement des forces progressistes de Gauche ».

Le Parti Socialiste, sous la houlette de Thomas Roller, Premier secrétaire fédéral dans le Var : « C’est un plaisir de se retrouver en présentiel (…). Le Var est à Droite de façon hégémonique et nous avons du mal à nous faire entendre (…). Il faut qu’on change de braquet (…). Nous avons réussi à travailler avec Toulon, où nous avons créé une alliance avec les forces de Gauche et les EELV (Europe Ecologie Les Verts) ».

Autre invité de marque, Christian Gillardeau, nouveau maire de Veynes qui a remporté les élections en mai dernier, avec son collectif de Gauche. Pour lui : « Le saint Graal, c’est l’unité de toutes les listes (…). Le système ancien est terminé, nous allons gouverner de façon collégiale. Tous les mercredis, nous nous réunissons à 18. Chacun participe aux décisions. Nous avons créé des délégations (…). Notre ville est endettée à plus de 150 % (…) Malgré un cluster de contamination du Covid 19, nous avons tenu à maintenir les manifestations, comme la fête de la musique (…). À Veynes nous avons envie de faire de la politique différemment ».

Pour la France Insoumise, Bernard Rea déclare représenter une centaine de personnes dans le département. « J’en suis la courroie de transmission (…). Nous devons rassembler les associations sportives, les syndicats et toutes les forces vives ».

Marie-José Allemand se déclare satisfaite, Gap autrement, ce sont des citoyens, les membres associatifs, les clubs sportifs. Quand on est aussi nombreux, malgré notre défaite électorale, nous avons su insuffler quelque chose qu’il faut garder ».

Pour Michel Billaud : « Ce qui est intéressant c’est de montrer que la municipalité doit respecter le droit. C’est ce qui reste quand les uns ont gagné. On le voit avec le Tribunal administratif qui a rétabli le droit de circuler dans plusieurs communes ».

Marie-José Allemand a proposé la désignation d’Elie Cordier porte-parole du mouvement Gap Autrement. Elle conserve bien entendu son siège d’élue à la mairie et retrouve son rôle de Première secrétaire fédérale du Parti Socialiste qu’elle avait mis en sommeil, le temps des élections.

Elie Cordier conclut : « C’est un temps important pour notre groupe politique. Nous allons pouvoir continuer. Nous ne partons pas forcement de très haut. Je pense qu’après l’électrochoc des élections, il y a des opportunités à saisir. Quand on est en temps de crise, il est primordial de s’appuyer sur les valeurs fondamentales de la démocratie. Il faut faire revenir les concitoyens vers le vote (…). Nous avons travaillé depuis les élections en petits groupes, nous avançons. L’Ecologie reste au centre du débat, mais l’important, c’est ce qu’on en fait. On ne peut pas la penser sans le social et les libertés publiques. Je suis un homme de gauche et écologiste, sans carte ». Le jeune parte-Parole ajoute : « C’est le Pacte républicain qui nous lie et qui permet à des gamins comme moi de progresser dans la société. Il faut le respecter et le saluer. Gardons l’humilité et le sérieux dans le travail (…) Ce qui compte en politique, c’est le travail en commun qui nous unit ! Un mouvement politique ne peut survivre sans ceux qui y travaillent. Nous allons continuer. En Mars je suis convaincu que nous arriverons à nous unir pour les élections départementales et régionales ». Il termine son discours en remerciant Marie-José Allemand.