Le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) des Hautes-Alpes regroupe les 34 casernes ou centres d’incendies et secours présents sur l’ensemble du territoire haut-alpin. Ce maillage permet d’assurer une rapidité d’intervention en fonction de l’aire urbaine et des risques liés aux activités spécifiques, notamment saisonnières.  En effet, sept communes (Gap, Briançon, Embrun, Laragne-Montéglin, Chorges, Veynes et Guillestre) totalisent 50% des interventions du département. Ce service départemental est soumis à une double autorité. La première est une autorité opérationnelle exercée par le préfet et le maire dans le cadre de leurs pouvoirs de police respectifs. La seconde est une autorité administrative exercée par le conseil d’administration du SDIS qui comprend des conseillers départementaux, des maires et des élus locaux. Le conseil départemental, tout comme les communes et les intercommunalités, finance le SDIS (à hauteur de 50% pour le département).

Les principales activités du SDIS demeurent la prévention, la protection et la lutte contre les incendies et également le secours aux personnes. Ainsi, il concoure « à la protection et à la lutte des autres accidents, sinistres et catastrophes, à l’évaluation et à la prévention des risques technologiques ou naturels ainsi qu’aux secours d’urgences », qui représentent la majorité des interventions. Concernant l’effectif haut-alpin, 95% sont des sapeurs-pompiers volontaires : les 5% restant sont des sapeurs-pompiers professionnels. Ils sont tous formés au centre de formation du SDIS qui dispose d’un plateau technique.

Le SDIS est organisé autour de différents services. Le centre de traitement des appels gère l’ensemble des appels d’urgence émis dans le département. Dans le cadre des interventions de secours aux personnes, le service de santé et de secours médical s’appuie, en plus des sapeurs-pompiers, sur une équipe de personnel médical complète (y compris un vétérinaire). Il existe également un service « d’opération  Prévision » pour anticiper et analyser les risques existants et vérifier les réseaux hydrauliques d’incendie, en amont de l’intervention. Le service technique, quant à lui, gère l’ensemble du matériel et des équipements nécessaires.

Enfin, le SDIS dispense de nombreuses formations et initiations aux gestes qui sauvent avec notamment la Prévention et Secours Civiques (PSC 1) ou la formation Sauveteurs Secouristes du Travail (SST). Le SDIS prend également part aux commissions de sécurité, autorisant l’ouverture d’établissements recevant du public, ainsi qu’à l’élaboration de plans particulier d’intervention à destination des sites sensibles.